marmaris escort
Arrivage de CD & Vinyles collectors sur la boutique ! Stock limité

On a écouté l’album « Mots croisés » de Demi Portion

 

Actif et régulier dans le rap français depuis près d’une quinzaine d’années, le rappeur de Sète Demi Portion s’est néanmoins fait plus discret depuis 2020, année durant laquelle il a sorti l’album La bonne école en janvier et l’EP 1990 en mai, en plein confinement. Il nous livre donc deux ans plus tard Mots croisés, un album à la tracklist épurée, le seul rappeur invité étant la star marocaine ElGrandeToto. Le titre de l’album est illustré par la pochette de celui-ci, on distingue le visage de l’artiste esquissé par une grille de mots croisés, dans laquelle ont été écrits divers mots décrivant ou représentant Demi Portion, ce qui laisse espérer un album aux thèmes variés et qui explore de nombreux horizons quatorze titres durant.

 

 

Visa

 

Sur un rythme assez lent, avec une légère touche orientale, Demi Portion attaque l’album de manière posée, en évoquant ses envies d’évasion « sans visa ». Les sonorités donnent une idée claire de sa destination idéale, le Maroc, d’où ses parents sont originaires, et la phrase de fin, « Comme un oiseau j’voulais m’envoler », qui se fond dans l’instrumentale, illustre quant à elle le caractère rêveur de son auteur. On remarque qu’il n’est pas le seul rappeur français à utiliser l’imagerie des papiers d’identité actuellement, Médine s’apprête à sortir Médine France avec sa carte d’identité en guise de cover, tandis que Soolking dévoilera Sans visa à la fin du mois, illustré par un passeport customisé, à l’heure où les questions autour de la place des personnes d’origine étrangère envahissent les débats politiques.

 

 

VHS

 

Ce titre était le premier extrait de l’album, révélé près d’un an avant sa sortie. Après avoir exprimé le manque de sa terre d’origine, Demi Portion se montre ici sous un jour plus nostalgique, évoquant des éléments appartenant à une autre époque, comme « le bandana à la Tupac Shakur » ou « les VHS de Louis d’Funès », qui donnent leur nom au morceau. Le sétois est également nostalgique de piliers du rap français, notamment Busta Flex et le Suprême NTM, et tente de saisir l’atmosphère de l’époque pour l’adapter à son œuvre.

 

Louis De Funés - VHS - VHS - Achat & prix | fnac

 

 

Poto

 

Les rapports amicaux sont un thème récurrent dans le rap français, nombre de rappeurs ont déjà écrit sur leurs amis d’enfance qui les ont suivis toute leur vie et ceux qui ont pris d’autres chemins. Demi Portion souligne cependant que, malgré la présence d’amis proches autour de lui, il se retrouve parfois seul face à lui-même : « J’ai toujours les mêmes potos, mais j’suis solo sur la photo », une idée récemment creusée par OrelSan dans Seul avec du monde autour. Dans la lignée du début de l’album, on devine également une pointe de nostalgie de l’enfance qui se dégage de ce titre.

 

 

Symphonie du globe

 

Le morceau se construit autour de l’anaphore « parce que », qui permet à l’artiste de s’exprimer directement sur lui-même et son rapport au rap et à la société, comme une réponse au Pourquoi lancé par Busta Flex en 1998. L’accent est notamment mis sur l’Afrique et les pays pauvres en général, effet renforcé par les cordes orientales qui créent un interlude entre les deux couplets et qui rejoignent ainsi l’idée de voyage développée par le premier titre.

 

 

Petit Prince

 

Le titre est à la fois une référence au roman d’Antoine de Saint-Exupéry, mais également au morceau de Demi Portion Comme un prince, en featuring avec IAM, sorti en 2018. Le sétois s’imaginait alors « partir comme un prince », tandis que dans ce morceau vise à transmettre cette fibre aux jeunes générations, sans distinction aucune, « petit Malik ou petit Théo ». Comme le rappait Benjamin Epps dans Dieu bénisse les enfants, « ils sont le futur », ce qui amène ici à deux couplets construits sur la répétition de l’interjection « Petit » en début de mesure. Dans le premier couplet le « petit » désigne l’enfant à qui s’adresse Demi Portion, et dans le second, il renvoie à divers éléments de son entourage, qui sont ainsi mis sur un pied d’égalité avec l’enfant et ne sont ainsi ni présentés comme inaccessibles ni comme insurmontables. Le rappeur ne parle ici plus de lui-même mais transmet son expérience, somme toute conséquente.

 

Support an exhibition

 

Sous les ponts

 

Ce morceau apparaît comme une suite du morceau précédent, Demi Portion revient davantage sur son parcours et les « ponts » dont il a usé pour se greffer à différents milieux et s’en sortir dans la musique. Grand fan de Dragon Ball, il déclare ici : « Ma vie est un best-seller d’Akira Toriyama », se comparant ainsi à Goku, dont le développement au long de l’œuvre est conditionné à la rencontre d’ennemis toujours plus puissants qui le font sans cesse progresser. La comparaison avec Goku avait d’ailleurs inspiré en 2015 la pochette de l’album Dragon Rash.

 

L'influence de Dragon Ball sur Demi Portion - Vidéo Dailymotion

 

 

Casablanca (feat. ElGrandeToto)

 

Le français de Demi Portion et l’arabe d’ElGrandeToto se mélangent harmonieusement sur une prod boom-bap aux accents orientaux, à tel point que chacun s’autorise quelques mots dans l’autre langue. Le morceau, comme le titre le laisse présager, est une ode à la ville portuaire du Maroc, d’où la famille de Demi Portion est originaire, tout comme ElGrandeToto, figure du rap local. Dans la continuité du titre précédent, cette union musicale crée un pont entre deux pays, entre deux cultures.

 

ElGrande Toto, le rappeur marocain qui cartonne - Mondafrique

 

Légendaire

 

Demi Portion ne manque jamais de citer les rappeurs qui l’ont inspiré, ici on retrouve pêle-mêle Method Man, Mobb Deep, Busta Flex, la Scred Connexion ou IAM, faisant ainsi écho à VHS présent plus tôt dans l’album. Il évoque également d’autres passions, comme les jeux vidéo : « J’veux Warzone, Ronaldo sur FIFA », éléments qui appartiennent également à la légende selon lui. Cependant, le dialogue en studio qui sert d’outro au morceau rappelle la nature humble et modeste de l’artiste, qui cherche avant tout à « faire de la bonne musique » et non à chercher à tout prix à rendre sa personne légendaire.

 

 

Mots croisés

 

Le morceau éponyme revient également sur les racines de son auteur, qui évoque régulièrement ce qu’il y avait « au début », tout en glissant une référence à Fabe, « Ça fait partie de mon passé », qu’il fait rimer avec une correspondance vers l’avenir : « Le mektoub est bien tracé ». Comme dans les mots croisés, les différentes idées évoquées s’entremêlent et forment un « puzzle de mots et de pensées » selon l’expression chère à Booba. Le passé, le présent et l’avenir de Demi Portion sont ainsi évoqués ou envisagés avec sérénité, car ils suivent tous une ligne directive stable.

 

 

Pas de problème

 

Les cordes de l’instrumentale créent aussi ici une atmosphère orientale, qui permet à Demi Portion de montrer une nouvelle fois à l’auditeur sa simplicité et son authenticité, loin de toute volonté de succès commercial : « Chez moi le disque de platine, c’est mon fils quand il s’endort ». Cette tranquillité d’esprit et de vie qu’il est parvenu à atteindre lui permet ainsi de protéger son cocon familial des événements tragiques de l’actualité, en s’accrochant aux choses simples de la vie.

 

 

Épilogue

 

La phrase du refrain, « C’est que le début d’un épisode, ou la fin d’un épilogue », accompagne un Demi Portion toujours plus nostalgique, qui se remémore ses débuts dans le rap. La place laissée à l’instrumentale accentue cette nostalgie, cette contemplation du passé. Comme dit dans le morceau, ce texte a été écrit au Maroc de nuit, l’environnement qui semble lui être le plus propice à l’expression de ses émotions.

 

 

Les mêmes

 

Ce morceau est beaucoup moins autocentré, on observe davantage l’œil de Demi Portion sur des thématiques telles que les conséquences de la décolonisation et l’enrichissement des puissances occidentales grâce aux richesses de leurs anciennes colonies : « C’est les mêmes qui décolonisent, pourquoi c’est eux qui ont le droit de miser ? ».  L’angle de vue est totalement différent du reste de l’album, ce qui crée un contraste étonnant mais très plaisant.

 

 

Passeport (feat. DJ Rolxx)

 

Après avoir débuté l’album avec Visa, Demi Portion s’apprête à le clore avec Passeport, dans lequel son éternel acolyte DJ Rolxx, habituellement cantonné à la production, donne également de la voix sur le refrain. Cette ode au voyage représente également le parcours de vie de deux amis, qui ont traversé maintes péripéties au cours de leurs carrières respectives, à l’image d’OrelSan et Skread sur le titre Ensemble, où le compositeur est également crédité en tant que featuring. Les voyages au sens propre comme figuré que leur offrent ces carrières ne semblent pas avoir trouvé leur épilogue et semblent pouvoir durer encore de nombreuses années

 

 

Comme d’habitude

 

L’album se conclut sur un piano plus frénétique, un nouveau puzzle de mots et de pensées. Demi Portion se montre ici désabusé face à l’état du monde, sachant qu’il ne peut ni le fuir ni le changer, et en conclut que la meilleure chose à faire est de continuer « comme d’habitude », c’est-à-dire écrire et rapper comme il sait le faire, proposer un contenu qui lui ressemble, conserver et préserver son entourage proche. La meilleure forme d’évasion, plus encore que les voyages qui forment le fil rouge de l’album, semble être l’écriture, pour celui qui dont le premier album s’intitulait Artisan du bic.

 

Artisan Du Bic - Album by Demi Portion | Spotify

 

L’album Mots croisés de Demi Portion est également disponible en physique à la Scred Boutique.

 

Chronique rédigée par Adrien 

> VISITEZ LA BOUTIQUE DU RAP FRANÇAIS

SHOP PAR ARTISTE
  • Scred Connexion
  • L'uzine
  • La cliqua
  • Davodka
  • Demi Portion
  • L'hexaler
  • Paco
  • Iam
  • Assassin
  • Dabuz
  • FhatR
  • La Brigade
  • Expression Direkt
SHOP RAP FR
Des milliers de produits Rap Français t'attendent sur Scredboutique.com